Ecole de lutherie Internationale "Gauthier Louppe" - Marche-en-Famenne | Belgique | Tel: +32(0)84.44.59.50

Le violon "Ouroboros" 2001

Les lignes épurées de ces instruments gardent l'essentiel. Sa simplicité permet d'être intellectuellement plus
accessible à tous. Cette démarche est différente. Plus question de produire une pièce unique, quoique….
Le design repris dans la forme, permet de reproduire plus facilement ce type d'œuvre.
Malgré cela, le luthier donne une particularité pour chacun de des instruments repris dans cette lignée.

Ces violons gardent le modèle et cetaines lignes du violon "structure ". La tête est différente pour chaque
instrument, mais garde le principe des trois chevilles à gauche et celle pour la corde "mi " se situe à droite.


La partie supérieure du dos de l'instrument, appelée le talon, est différente.
Elle est sculptée de manière à représenter le symbole reprenant le nom du violon.

- 1 : Sur le talon du premier violon de la série le symbole de l'Ouroboros est sculpté. Ouroboros est ce
serpent qui se mord la queue. Ce symbole mythologique, souligne le manque de créativité dans le
monde de la lutherie. Ce serpent qui se mord la queue représente le cercle, et l'éternel
recommencement, ou le fait de tourner en rond. La lutherie a peu évolué en cinq siècles, de plus les
luthiers actuels réalisent de véritables copies d'instruments anciens, y compris l'usure et les marques
de maltraitance subie au cours des siècles. Cette manière de faire montre le peu de créativité, mais
aussi le besoin de plaire à une clientèle de musiciens obnubilée par le " look " et la tradition.
C'est pourquoi ce violon est recouvert d'un vernis fait " en copie ".

L'auto dérision emporte le luthier. Il se laisse aller à " vieillir " ce violon aux formes contemporaines.


 

- 2 : L'existence réside dans la relation. L'existence du violon suivant est en relation étroite relation avec cette phrase philosophique. C'est la relation privilégiée que le luthier vie avec le compositeur Jan VAN LANDEGHEM qui a donné l'impulsion pour la création de ce violon nommé " Quintessence ".
Le compositeur cherchait un violon à cinq cordes. La richesse sonore de cet instrument est un apport pour la composition. La nouvelle forme de violon étudiée par le luthier Gauthier LOUPPE correspond bien à cet palette de couleurs sonores. Le luthier, par cette forme cherche à élargie la largueur des sons émis.

La facilité d'émission et la richesse des harmoniques sont le fuit des recherches du luthier.


La vie active bat son plein au sein de l'école, la diversité des nationalités démontre le côté international de ce lieu d'apprentissage. Les étudiants pratiquent sur les 4 niveaux, soit la construction des instruments du quatuor, réalisation de copies historiques et la restauration.

 

lire la suite...


Exposition permanente

Mise en place, elle reconstitue l’atelier du luthier où sont présentées les différentes phases de la réalisation du violon. Une salle est dédiée aux œuvres contemporaines du luthier Gauthier LOUPPE.

Newsletter

Inscription la liste de diffusion

 



 

Ferme de Harzé - Aliments et Matériels pour animaux

Simon Leleux - Percussionist - Percussions orientales

Casadimensa - cours de danse africaine et djembé à Liège

Odette Bijoux - artisant bijoutier à Liège